asi224mcicon

Le correcteur de dispersion atmosphérique avec l’ASI224MC

Après avoir traité du filtre IR-cut la dernière fois, voici un autre accessoire indispensable avec cette caméra couleur (… et toutes les autres…) : le correcteur de dispersion atmosphérique, ou CDA.

Le correcteur de dispersion atmosphérique est un accessoire qui permet de corriger la dispersion de la lumière des astres lorsqu’ils passent à travers notre atmosphère, qui agit comme un prisme. Cela fait déjà des années qu’on en parle donc je ne vais pas m’attarder sur son principe et son fonctionnement ; pour cela, vous pouvez vous référez sur le web à la fameuse page web de Jean-Pierre Prost ou bien au chapitre 4 du livre Astronomie planétaire, le passage consacré au CDA ayant été évidemment écrit par Jean-Pierre. Je vais ici présenter quelques tests réalisés avec le modèle proposé par la société Pierro Astro (merci au passage à Astrograph pour le prêt de ce modèle).

adcpaCe modèle vise un très haut niveau de qualité et de finition, que ce soit au niveau de la qualité optique ou celle mécanique (vous pouvez vous reporter à la page du constructeur pour tous les détails). Par rapport à l’ancienne génération des CDA (qui n’est plus sur le marché aujourd’hui) un de ces intérêts principaux outre ses qualité intrinsèques est de permettre de faire évoluer la correction tout au long de la séance d’observation sans avoir à tourner en même temps la caméra ; en effet le sens de correction doit être vertical. L’autre avantage de ce correcteur est de posséder une excellente transmission dans l’Ultraviolet (selon Martin Lewis, 25 % d’UV par rapport à d’autres modèles !) ce qui est un avantage très sérieux pour faire des images de Vénus !

Mon idée ici était de faire quelques tests comparatifs avec/sans pour voir si cet accessoire est si indispensable qu’on le dit… :)

L’ASI224MC, avec et sans CDA

Le réglage du CDA est très simple avec une caméra couleur comme l’ASI224MC dans la mesure où la dispersion chromatique se voit sans aucun problème sur l’écran de l’ordinateur (en mode debayer bien évidemment). Il suffit de bouger les manettes et de faire disparaître le rouge au sud de l’image, et le bleu au nord. Avant de présenter les résultats, il faut commencer par rappeler la principale objection, ou interrogation, que l’on pouvait autrefois lire au sujet du CDA : c’est qu’en imagerie numérique, il est possible de corriger la dispersion des couleurs de manière informatique, en recentrant les trois composantes couleurs. Mais cette opération permet-elle vraiment de corriger le problème aussi bien ?

 adc_colorLa figure ci-contre est une comparaison du résultat sur Mars avec l’ASI224MC entre (A) l’utilisation du CDA Pierro-Astro (B) une image sans CDA et (C) la même image qu’en B mais avec recentrage des couches RVB durant le traitement.

A la faible altitude à laquelle Mars se trouvait au moment de ces images (21°), le résultat est sans appel : seul le CDA permet de corriger correctement la dispersion chromatique. La différence est flagrante quand on regarde le bord de la calotte polaire sud, tout juste perceptible en bas de l’image, et qui apparaît nette et blanche en A, mais floue et très rouge en C malgré le recentrage informatique. Ce résultat est d’autant plus remarquable que la turbulence était assez forte, ce qui montre que le CDA permet d’améliorer les images même dans de mauvaises conditions.

La raison de l’échec du recentrage informatique à bien corriger cette aberration est connue : c’est que la dispersion des couleurs existe non seulement entre couleurs mais au sein même des bandes de couleurs, en particulier la bleue. C’est pour cela qu’on ne voit pas bien la calotte sud en (C) et ce problème-ci est impossible à corriger durant le traitement : il est définitif !

Notons au passage l’intérêt absolu qu’il y a à utiliser un CDA quand on est un observateur visuel, l’oeil étant bien évidemment incapable de procéder au recentrage des composantes couleurs…

Test avec le filtre bleu !

Pour bien le démontrer j’ai fait une comparaison avec/sans CDA Pierro Astro en utilisant cette fois un filtre bleu (pour l’occasion j’ai ressorti la caméra n&b PLA-Mx). Là encore l’intérêt du CDA se voit de façon flagrante en dépit de conditions d’observation encore plus difficile en fin de séance. En (1) filtre bleu avec CDA, et en (2) filtre bleu sans le CDA. L’image est bien plus nette avec le correcteur.

adc_bleu

Je vous conseille également les pages suivantes qui présentent des tests en parfaite cohérence avec ceux conduits ici :

Rik Launim

John Boudreau

asi224mcicon

Pourquoi l’ASI224MC demande un filtre IR-cut

Après avoir parlé de son échantillonnage, voici un deuxième article consacré à l’utilisation de la caméra ASI224MC, plus particulièrement à ses accessoires indispensables… ici : le filtre bloquant anti-infrarouge, ou IR-cut.

Les caméras numériques, que les capteurs soient des CCD ou des CMOS, sont très sensibles dans le proche infrarouge. […] Continue Reading…

planetaryastronomy_book_logo

Planetary Astronomy, the book: first announcement!

Have you ever wondered if there was a complete and recent book for observing and imaging planets? … Now there will be one!
In 2015 me and six skillful amateurs published a book that has won a great success in France (… and even outside France!): Astronomie Planétaire. I am […] Continue Reading…

Juno_mission_insignia

Le Workshop JUNO à Nice, 12 et 13 mai 2016

Pour continuer à préparer l’arrivée de la sonde JUNO autour de Jupiter, un colloque de scientifiques et d’amateurs du monde entier s’est tenu à Nice, à l’Observatoire de la Côte d’azur, les 12 et 13 mai dernier. Des informations de premier plan maintenant disponibles pour tous !
Ce colloque a […] Continue Reading…

asi224mcicon

L’ASI224MC et son échantillonnage

J’entame une série d’articles consacrée à cette petite bombe pour l’imagerie planétaire qu’est l’ASI224MC de la marque ZWO. Elle est très différente de la PLA-Mx que j’utilisais jusqu’à présent, notamment car sa taille de photosite est différente… Commençons par le commencement : le réglage de l’échantillonnage !

[…] Continue Reading…

venusrvbsmall

AKATSUKI a besoin des amateurs !

Il y a deux mois, j’écrivais que la sonde JUNO avait besoin des amateurs. A présent c’est la sonde AKATSUKI, en orbite autour de Vénus, qui demande notre attention !

Image Wikipedia
AKATSUKI est une sonde japonaise dont la mission est d’observer l’atmosphère de la planète Vénus. […] Continue Reading…

Juno_mission_insignia

JUNO a besoin de l’aide des amateurs !

En 2016, un évènement majeur se prépare dans l’exploration du système solaire : la mise en orbite d’une sonde spatiale autour de Jupiter : JUNO. Prévue pour l’été 2016, cette mise en orbite sera la première depuis la sonde Galileo, qui avait commencé sa mission en 1995 et l’a […] Continue Reading…

coupole600AQ

La météo à AstroQueyras (3) : l’arrivée de bonnes conditions

Après les nuits médiocres à passables présentées en (1) et (2), voici à présent mes observations concernant les deux nuits qui ont suivi (31 août au 1er septembre, puis 1er au 2 septembre). Ces deux nuits ont été relativement nébuleuses, mais avec un seeing beaucoup plus stable. Les conditions […] Continue Reading…

coupole600AQ

La météo à AstroQueyras (2) : un étrange vent nocturne

Après avoir vu le contexte dans lequel se trouve l’observatoire AstroQueyras, voici quelques-unes de mes observations relevées au cours de mon séjour. Les deux premières nuits (29/30 et 30/31 août 2015) étaient découvertes mais avec un seeing assez médiocre. J’ai noté un phénomène météo particulier que je m’explique assez […] Continue Reading…

coupole600AQ

La météo à AstroQueyras (1) : le contexte

AstroQueyras est un observatoire situé à 2930 mètres d’altitude au fond des Alpes françaises, près de la frontière italienne,destiné à des missions amateur et des visites du grand public. Son équipement comprend un Cassegrain de 620 mm F/15, un Ritchey-Chrétien de 500 F/8 et une flat-field de 200 mm.
Je […] Continue Reading…