Ce message est également disponible en : Anglais

En 2016, un évènement majeur se prépare dans l’exploration du système solaire : la mise en orbite d’une sonde spatiale autour de Jupiter : JUNO. Prévue pour l’été 2016, cette mise en orbite sera la première depuis la sonde Galileo, qui avait commencé sa mission en 1995 et l’a terminé en 2003. Et les amateurs sont demandés en appui à cette mission…

Juno_above_Jupiter_pole

Pourquoi des images amateur ?

En effet, dans le contexte du renouveau de la coopération entre scientifiques et amateurs dans le cadre de la planétologie, les données amateurs vont être importantes pour plusieurs raisons :

1) Préparer le travail de la sonde en amont, pour que celle-ci « sache » quelles sont les structures importantes qu’elle doit suivre en priorité. Jupiter est une planète dont l’observation doit se faire sur le très long terme, et même avec sa super résolution, Juno devra s’inscrire dans un cycle long de suivi de la météorologie jovienne. D’ici à sa mise en orbite, les images amateurs, avec leur haute résolution moderne et leur capacité de suivi inégalée depuis le sol, vont avoir un rôle de premier plan.
2) Aider à la « contextualisation » des images de la sonde. Une fois dans la banlieue de la planète, elle ne pourra plus récupérer des vues de grand angle. Les scientifiques vont vouloir savoir où se trouvent, plus globalement, les objets étudiés. Autrement dit, l’importance des contributions amateurs ne va pas s’arrêter une fois la sonde installée !
3) Contribuer au suivi des structures, en continuant à délivrer des vues de la surface de Jupiter qui n’est pas dans le champ des caméras de Juno.

Comment participer ?

Il s’agit de prendre des images de Jupiter autant que possible, comme d’habitude. Tous les filtres sont acceptés. Les images peuvent être envoyées via un formulaire sur le site suivant :

Planning de Juno

Deux nouveautés importantes sont à noter :
1) Les contributeurs sont incités à utiliser une fonctionnalité particulière du logiciel WinJupos, le « paquet de transmission ». Il s’agit de charger l’image dans le logiciel, d’effectuer les opérations habituelles de calibrage du contour (Enregistrement>Mesures d’images), puis, sous l’onglet « Div. » du module de mesure, de cliquer sur « Créer un paquet de transmission ». Ce bouton permet d’enregistrer tous les paramètres utiles, et de faire gagner du temps aux scientifiques qui vont utiliser l’image. Voir la figure ci-dessous :

junoWJfr
2) Il est également possible d’envoyer des images non traitées (empilées, mais sans passer par l’étape finale du renforcement des contrastes). Dans WinJupos, la mesure est assez simple, il suffit de charger une version traitée de l’image (par ondelettes par exemple), de procéder à la mesure du contour, puis de recharger, sans rien changer, la version non traitée (bien entendu dans ce cas on ne procède à aucune modification du format de l’image).

Des ressources pour aller plus loin

Le site Juno met à votre disposition un fichier d’aide assez simple (en anglais), à ouvrir ici
Et il est possible également de consulter l’intervention de Marc Delcroix avec Glenn Orton du JPL lors de l’EPSC 2015 à Nantes, sur le même thème : How amateurs can support the Juno Mission