Ce message est également disponible en : Anglais

Un des sujets récurrents de discussion entre photographes planétaires est le temps de capture maximal que l’on peut faire sur une planète sans voir les détails se flouter avec la rotation, et spécialement sur Jupiter, qui offre tellement de détails mais qui tourne si vite. Alors sur Jupiter, trop long, c’est combien de temps au final ?

Pour ce test je profite de différentes vidéos que j’ai acquises ces dernières semaines de 3 à 4 minutes, qui étaient destinées à être traitées par dérotation dans WinJupos – un process qui permet de corriger la rotation de la planète et donc d’augmenter considérablement le temps de capture.

A partir de combien de temps détecte-t-on une rotation ?

juprotate3mnTraiter entièrement un film long de 2 ou 3 mn ne permet pas de savoir si la résolution a été diminuée par la rotation de la planète. Ici j’ai fait un test très simple : j’ai séparé un film de 3 mn acquis avec un filtre rouge le 30 octobre 2013 en trois parties d’1 minute chacune (sans aucune sélection) et j’ai fait une animation pour voir si ça bougeait…

Bilan : la rotation de la planète est très clairement détectable sur chacune des prises de vue espacées seulement d’une minute.

La planète mesure 40,7 secondes d’arc ici, encore loin du maximum de 49″ (47″ pour cette apparition 2013-2014) et l’instrument utilisé est de 250 mm, très en deçà des diamètres de 350 à 400 mm qui sont aujourd’hui de plus en plus fréquement utilisés par les amateurs. Autrement dit, une résolution « moyenne » est déjà assez pour voir qu’une seule minute suffit pour détecter la rotation de la planète.

Un résultat qui ne plaide pas pour l’utilisation de captures vidéo d’une durée supérieure à une minute, voir moins, pour des télescopes plus puissants.

Ceci dit on peut se poser la question, voit-on vraiment une dégradation quand on passe à deux minutes de capture ?

juprotate1-2mnVoici maintenant à gauche deux stacks complets de 1 mn puis de 2 mn. Outre la rotation que l’on perçoit encore, en dépit d’un bruit plus faible, l’image réalisée à partir de deux minutes de vidéo montre clairement une dégradation du contraste des détails, dégradation qui n’est pas imputable à un surcroît de turbulence que l’on ne voit pas sur l’animation de trois fois une minute.

Certes ce n’est pas énorme, mais pourquoi introduire de son propre chef une dégradation de l’image alors qu’on doit déjà faire face à la turbulence, les aberrations de l’optique… ?

Cependant… les logiciels modernes font des miracles…

Dérotation WinJupos vs. multipoints AS!2

juprotate3mnWJASEvidemment, l’existence aujourd’hui de WinJupos permet de dépasser ce petit problème. Il suffit d’utiliser une des deux méthodes de dé-rotation (des images finales ou des vidéos initiales) pour stacker 2 ou 3 mn de brutes sans aucun problème de floutage du à la rotation. C’est tout à fait exact mais en voulant faire une comparaison en utilisant Autostakkert!2 au lieu de Registax 5 (une ancienne génération de logiciel qui traite toute l’image d’un seul bloc) j’ai eu une surprise…

La troisième comparaison est une image de 3 minute dérotée avec WinJupos et traitée avec AS!2 (encore une fois, sans sélection pour ne pas fausser l’étude) et le film d’origine non déroté toujours traité avec l’alignement multipoint d’AS!2.

Il est évident que les images sont très, très proches ! On voit bien une toute petite dégradation avec le film non déroté, mais loin de ce qu’on peut voir plus haut avec les 2 mn de Registax5.

Enfin, une quatrième comparaison d’un autre film du 13 octobre avec le Baader RG610, mais cette fois de 4 minutes au lieu de 3.

juprotate4mnWJASCette fois on distingue mieux une dégradation sur les bords de la planète (est et ouest, voir par exemple la Grande tache rouge), trace de la rotation de Jupiter, même si la différence n’est pas non plus énorme (cependant, la résolution de l’image commence à être vraiment moyenne et une différence plus importante serait à attendre avec des prises plus fines).

J’ai fait une cinquième comparaison (non montrée ici) avec le filtre vert sur 3 mn du 30 octobre, et les résultats sont identiques : quasi égalité entre les deux logiciels, avec toujours un petit avantage à WinJupos, mais rien d’énorme.

J’en concluerais deux choses…

1) S’il y a un risque de perte de contraste sans dérotation avec 3 mn, il semble évident que AS!2 est capable de traiter sans problème des films de 2 mn sans que la rotation se voit sur le résultat final, grâce au multipoint qui permet au logiciel d’aligner de petites régions de la planète de façon plus autonome.

2) La dérotation WinJupos permet toujours d’aller encore plus loin, mais elle ne serait réellement intéressante qu’à partir de 3-4 mn de capture.

Des résultats à confirmer, comme toujours…