L’article de référence sur la coopération pro/am en astronomie planétaire

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Participer à des travaux scientifiques quand on est amateur, c’est possible ? La réponse est oui ! J’ai déjà évoqué le sujet à plusieurs reprises sur ce blog, et voici aujourd’hui un travail de référence qu’il faut absolument lire si vous souhaitez vous engager dans cette voie…

L’aventure a commencé il y a deux ans, au cours de la « 4ème école pro-am du CNRS », une manifestation quadriannuelle organisée par le Centre national de recherche scientifique et l’association AUDE (association des utilisateurs de détecteurs électroniques). Lors de cette session organisée en 2012 à la Rochelle, les participants avaient pu bénéficier pour la première fois d’une matinée consacrée à l’étude des planètes gazeuses, avec des conférences de Ricardo Hueso Alonso (Université du Pays Basque : le système atmosphérique des plantès géantes), Marc Delcroix (SAF, sur les observations de la tempête de 2011 sur Saturne) et Jean-Luc Dauvergne (journaliste à Ciel et Espace/AFA, sur l’imagerie planétaire). A la fin de l’école, Olivier Mousis, astronome à l’observatoire de Besançon, avait proposé aux participants de travailler sur un article qui serait consacré au sujet de la coopération entre pros et amateurs en astronomie planétaire.

Deux annnées plus tard, l’article vient enfin d’être publié ! Il est issu d’un travail intense, dirigé par Olivier, par pas moins de soixante co-auteurs, à la fois scientifiques et amateurs – j’ai eu le plaisir et l’honneur d’y participer, sur les chapitres consacrés à Vénus, Mars, Uranus/Neptune. « Instrumental methods for professional and amateur collaborations in planetary astronomy » passe en revue sur une centaine de pages l’ensemble des sujets de collaboration possibles, tout en décrivant en détail les outils, et les méthodes d’observation à utiliser. Inutile de dire que cette publication est un évènement !

L’article contient bien évidemment des chapitres consacrés aux méthodes d’observation des planètes du système solaire : Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Mais il ne s’arrête pas à ces sujets, les plus évidents, et présente également :

  • les chutes de météorites,
  • les impacts (comètes/astéroïdes) sur les planètes géantes et la Lune,
  • les astéroïdes géocroiseurs,
  • les comètes,
  • les objets de la ceinture de Kuiper,
  • Les exoplanètes.

L’article peut être téléchargé (en anglais) pour 34,95 € sur le lien ci-dessus.

Share.