Comment photographier la planète Neptune – 2: Le traitement des images

0

Ce message est également disponible en : Anglais

Comment à présent traiter mes vidéos de Neptune ?

Neptune

Comme il n’y a quasiment aucune chance d’obtenir des détails sur Neptune (ce qui nécessiterait un très gros instrument avec un filtre infrarouge), quel résultat cherche-t-on à obtenir ? On va tenter de réaliser une image qui aura :

  • Une forme bien circulaire, avec un limbe le plus net possible
  • Une bonne balance des couleurs

Quelle méthode utiliser : RVB ou LRVB ?

Il y a deux méthodes pour assembler une image planétaire en couleur. La méthode RVB reproduira plus facilement la couleur, mais la LRVB qui utilise une image de Luminance avec une forte dynamique et acquise avec des cadences de capture plus élevées et des temps de pause plus courts autorise des prises de vue de meilleure qualité.

Dans le cas de Neptune, il semble logique de conclure qu’une image de luminance sera la bienvenue parce qu’elle sera meilleure. Cependant, il sera absolument nécessaire pour réussir cette image d’utilser l’ADC dont nous avons parlé dans la première partie de ce tutoriel, ou bien la planète ne sera tout simplement pas circulaire ! Si cet accessoire ne fait pas partie de votre équipement, il vous faudra opter pour la méthode RVB, qui sera moins affectée par le phénomène de diffraction atmosphérique (toutefois, vous serez peut-être ennuyé avec le filtre bleu qui souffre tout seul de ce problème). Toutefois, on va voir que la méthode RVB avec Neptune n’est pas si défavorable par rapport au LRVB.

La selection des brutes

A présent nous allons traiter les captures vidéo. Il y a beaucoup d’excellent logiciels mais celui que je préfère pour suivre des brutes petites, sombres et floues est Registax 5, que je trouve très performant dans cet exercice. Je n’ai pas encore essayé AviStack ou AutoStakkert sur Neptune (et je devrai, lors des mes prochaines tentatives) je ne peux donc malheureusement pas faire de commentaire sur ces outils.

Les captures devront être acquises par excellent seeing, sans quoi les résultats seront très décevants sur une telle cible. Je n’aime pas faire une sélection trop sévère sur Neptune afin de maximiser la dynamique finale de l’image. Si la vidéo est homogène en qualité (comme elle est censée l’être par très bon seeing), je n’hésite pas à prendre au moins les 2/3 des brutes. Pour l’image de luminance sur la LRVB qui illustre ce tutoriel, il y avait 5000 brutes enregistrées en 10 mn (dans l’absolu le film aurait pu être plus long encore).

Le traitement des images finales

Le traitement des images de Neptune est assez simple. Il y a un truc à avoir à l’esprit : Neptune bénéficiera grandement des niveaux d’ondelette de niveau moyen. Cela permettra d’accroître facilement le contraste des images en évitant de faire monter le bruit. De même, il n’est pas nécessaire de traiter fortement. Un niveau moyen d’ondelettes apporte rapidement du contraste tout en produisant un limbe net – et il n’y a pas de détails à révéler. Souvenez-vous : tout ce que l’on veut ici est une planète circulaire et nette :)

A droite, on peut voir différents traitement de la couche verte de l’image de Neptune ci-dessus. Celle de gauche est traitée avec le premier niveau d’ondelettes et est clairement trop bruitée – et elle n’est même pas nette. Au milieu, le niveau 2 renforce correctement le limbe mais laisse un niveau de bruit médiocre. Finalement, le traitement de droite avec le niveau 3 (et un peu de 2) atteint le niveau de qualité attendu.

waveletNept

Maintenant, on traitera de la même façon les différentes composantes (3 ou 4 suivant la méthode choisie). N’hésitez pas à donner un petit coup en plus à la couche B qui est souvent peu contrastée.

L’ajustement de la balance des couleurs

La balance des couleurs est la dernière chose à régler. Neptune est clairement une planète bleutée, et c’est du reste dans cette couleur que son albédo est le plus élevé. Le bleu profond des images de Voyager est probablement exagéré mais n’est pas un mauvais indicateur. A l’oculaire du télescope sous un ciel bien transparent, la teinte semble bleu pâle. L’équilibre de l’image LRVB d’illustration si le Bleu = 100 est 68 pour le Rouge et 92 pour le vert. La planète est toujours brillante dans le vert mais nettement plus absorbante dans le rouge. L’albédo toujours élevé dans le vert ne plaide pas en faveur d’une balance bleu profond.

Agrandir l’image

Comme Neptune est très petite, vous aurez certainement envie d’agrandir l’image finale. C’est une bonne idée mais elle demande une image originale bien réussie, car la netteté va diminuer avec l’agrandissement. Mon image ici est agrandie de 150 %.

Restons naturel…

On voit de temps en temps des images d’Uranus et Neptune agrandies au-delà du raisonnable comme si elles tentaient de contrefaire une image de Hubble ;). Leur traitement est par ailleurs souvent très dur… mais c’est le meilleur moyen d’obtenir des artefacts et des grosses taches disgracieuses. Restons naturel ;)