De meilleures conditions sur Jupiter, pourquoi ?

0

Ce message est également disponible en : Anglais

Dans mon dernier article Jupiter sous le jet-stream, ça donne quoi ? j’ai décrit les effets d’une des plus mauvaises configurations météorologiques pour le seeing. Lors de ma nuit d’observation du 17 janvier, les images étaient nettement meilleures (sans pour autant être bonnes…). Peut-on trouver des explications ?

Voici quelques images de Jupiter prises dans la nuit du 16 au 17 janvier 2015. Le niveau de détail est assez satisfaisant en R+IR (les grandes longueurs d’onde sont toujours un bon plan quand les conditions ne sont pas très bonnes), très moyen en RVB et déçevant en méthane. Mais c’est quand même nettement mieux que pour les images visibles dans l’article ci-dessus !

Au passage, sur ces images on distingue les indices du démarrage d’une nouvelle phase de réanimation de la bande équatoriale nord (NEB). En RVB, on voit nettement l’aspect ondulé du bord nord (signe que le jet local est instable), et surtout, le petit spot très sombre à 18° de latitude dans la zone tropicale nord, qui est ce qu’on appelle un tourbillon anticyclone d’expansion de la NEB. Pour en savoir plus, reportez-vous à une de mes anciennes notes sur le site Planètes-SAF : l’apogée du cycle de la NEB.

La configuration météo qui prévaut au soir du vendredi 16 janvier 2015, à l’ouest, est une sortie de front pluvieux (passé jeudi 15 toute la journée). On passe à l’arrière du système frontal, dans un air rafraîchi. Cette situation est habituellement défavorable à la stabilité de l’atmosphère : en effet, les arrières de front froid, où la pression est basse et la baisse de température en altitude importante, entraîne une importante convection (mouvement vertical de l’air). Cependant, le ciel se dégage le 16 et se maintient clair jusqu’au 17 au soir. En effet, les pressions augmentent nettement au cours de la journée du 16. Si je me réfère à mon article sur les meilleures conditions pour le seeing, il semble que l’ouest de la France passe en situation de dorsale anticyclonique. Elle est relativement faible, mais suffisante pour entraîner une forte diminution localisée de la vitesse du courant-jet :

carto17janv2015

Cartes GFS du 17 janvier à minuit. A gauche, pression au sol ; la dorsale de l’anticyclone des Açores est entourée en rouge. A droite, affaiblissement du courant-jet au sein de la dorsale.

 Pour avoir des conditions vraiment bonnes il aurait sans doute fallu une dorsale un peu plus puissante. Une autre fois peut-être…