Réussir ses images méthane (CH4) de Jupiter

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le filtre méthane (CH4) est un filtre qui transmet une bande lumineuse très étroite dans le proche infrarouge, centrée autour d’une des bandes d’absorption du gaz méthane à 890 nm. Ce filtre est extrêmement intéressant car contrairement à tous les autres, il ne transmet pas d’information relative à la couleur des détails (= leur albédo) mais montre leur altitude relative dans l’atmosphère de Jupiter ! La très faible quantité de lumière disponible, par contre, demande une technique d’imagerie solidement construite…

juprgbch4La planche à gauche montre l’ampleur des différences que l’on peut voir entre les longueurs d’onde visible (image RVB) et CH4. Sur cette dernière, l’éclat d’un détail en particulier est directement corrélé à son altitude relative dans l’atmosphère de la planète: plus le détail est brillant, et plus son altitude est élevée. On voit que les taches rouges de la planète (GRS, BA), et le voile polaire sud sont les structures qui surplombent nettement toutes les autres. Ces informations sont particulièrement précieuses à connaître.

Avant toute chose, quel filtre choisir ?

Si vous n’êtes pas encore équipé, il vous faudra choisir un filtre, en sachant que vous aurez à faire un choix entre le coût d’achat, qui peut être très élevé, et les performances du filtre, qui transmet moins de lumière quand son prix est plus bas. Le choix peut être difficile car la quantité de lumière est vraiment handicapante…

Le meilleur filtre actuellement sur le marché est le CH4 IDAS (vendu chez Astro Hutech aux USA). C’est celui qui possède la bandech4idas passante la plus large, 15 nm. Cependant, son prix est élevé (plus de 300 dollars) et il faudra en plus compter avec des taxes d’importation et une procédure assez longue et ennuyeuse (le colis va être retenu à la douane). Le coût total pour l’Europe avoisine les 400 €. Le jeu en vaut la chandelle car les autres modèles disponibles sont moins performants, et ce filtre n’est à acheter qu’une seule fois dans une vie !

On trouve ensuite le CH4 Baader. Il est déjà beaucoup moins cher, et le constructeur étant en zone Euro, il sera délivré dans les 48H. Il a un désavantage cependant car sa bande passante n’est plus que de 8 nm soit une quantité de lumière divisée par deux par rapport à l’IDAS. Il est possible de faire ce choix mais il vaut mieux disposer d’un grand diamètre (300/350 au moins), les télescopes inférieurs à 300 mm auront plus de difficulté.

Enfin, la solution bon marché est celle de l’achat d’un filtre chez Edmund Optics. Le coût est très bas, seulement une centaine d’euros, avec une bande passante correcte de 10 nm, mais il faudra parvenir à l’adapter dans un filetage en 31,75.

Adoptez le bon échantillonnage !

La difficulté de l’imagerie méthane doit vous obliger à adopter d’autres réglages que ceux utilisés avec les filtres habituels. Le but doit être de descendre le temps d’exposition en-dessous de la seconde, et même si possible de la demi-seconde. Pour cela, il faut adapter l’échantillonnage au filtre ; vous pouvez le faire de deux façons :

  • Soit vous diminuez la focale de votre montage (barlow plus faible, passage au foyer, en fonction de votre instrument)

  • Soit vous gardez la même focale mais en utilisant le mode Binning 2x de votre caméra

Mais est-ce que cela ne se fait pas au dépens de la résolution ? Justement non, car la bande méthane est située loin dans le proche infrarouge (presque 900 nm, quasiment la fin de la plage de sensibilité!) et la résolution du télescope est diminuée d’autant. Cela ne sert à rien de tenter d’utiliser la focale habituelle… En effet, le diamètre de la tache d’Airy est augmenté de près de 40 % ! (550/890… souvenez-vous que la résolution diminue quand la longueur d’onde augmente !)

Mon conseil personnel serait de garder le montage habituel pour la haute résolution et de passer en binning 2. Ca permet en plus de sauver beaucoup d’espace disque, de temps de traitement, et il n’y a pas à monter/démonter le matériel.

Visez un temps de pose autour de 0,5-0,7 seconde maximum en vous basant sur le gain maxi acceptable de votre caméra. Si l’image est sous-exposée ce n’est pas grave, car nous avons aujourd’hui une arme absolue pour l’imagerie méthane qui est le logiciel WinJupos (voir plus bas!)

Faites un dark

Indispensable. Avec un temps de pose de plusieurs centièmes de seconde et un gain élevé, l’image montrera tout un tas de saletés qui vont se retrouver immanquablement sur le résultat final : pixels chauds, traits horizontaux ou verticaux…

CH4dark

A la fin de votre capture, fermez simplement le télescope avec son bouchon, et lancez une autre capture avec exactement les mêmes paramètres – 200 brutes suffisent. Utilisez en suite la fonction « Create Dark frame » de Registax et enregistrez le résultat final. Attention vous serez sans doute amenés à ajuster la luminosité de ce dark de façon à éviter qu’il n’absorbe une partie du signal réel de la planète.

Utilisez la dérotation WinJupos

Absolument incontournable ! WinJupos va vous permettre d’utiliser 1000/2000 images brutes au lieu de 100 ou 200… la différence sur le résultat final sera énorme. Le mode de traitement à choisir est la dérotation des vidéos.

Lors de votre capture, prenez un SER de très longue durée. 10 minutes est le minimum syndical pour bien profiter de l’avantage apportée par la dérotation, mais on peut aller plus loin. Mes captures méthane sont de 15 minutes et l’an passé, F.Colas et M.Delcroix sont montés jusqu’à plus de 30 mn sur des images prises au Pic du Midi !!

Ensuite, en résultat final choisissez l’image empilée plutôt que la vidéo corrigée. Les résultats semblent meilleurs de cette façon qu’avec une vidéo corrigée retraitée avec les logiciels habituels, en dépit de l’impossibilité d’effectuer une sélection des brutes (de toutes façons, en méthane, on n’a pas trop de marge de manœuvre de ce point de vue). N’oubliez pas d’utiliser l’image de dark.

Lors du traitement, utilisez les fonctionnalités de Registax 6 ;) agrandissement à 200% en version Spline. (cliquez pour la taille réelle)

jupCH4finalDe l’image brute au résultat final… Dérotation de 15 mn le 10 décembre 2012, Gregory 250, PLA-Mx, filtre IDAS CH4, 1800 poses de 500 ms en binning 2x à F/32 (0,28″ arcpixel)

Share.